Où en est la Recherche sur le CBD ?

Le CBD à une visibilité de plus en plus importante et nombres de supports ou de rapports mettent en avant ses vertus thérapeutiques.

Produits de santé, soins ou comestibles, on le retrouve sous diverses formes, mais quelle est réellement sa légitimité et les bénéfices qu’il peut apporter? Quelles études ont été mises en oeuvre, ou en est la Recherche aujourd’hui ?

A l’heure actuelle la plupart des études et de tests ont été réalisées sur le Cannabis médical brut, c’est à dire en utilisant l’ensemble des canabinoides présents mais aussi les terpènes, afin de bénéficier de l’ensemble de l’équilibre moléculaire propre à la plante pour maximiser ses effets (effet d’Entourage).

Les résultats sont probants sur nombre de pathologies, en témoigne par exemple cette étude du European Journal of Internal Medicine qui indique que l’usage thérapeutique du cannabis est sur et efficace pour les patients agés, permettant entre autres, d’apaiser la douleur chronique due au cancer ou la maladie de Parkinson.

http://www.ejinme.com/article/S0953-6205(18)30019-0/fulltext

Mais le Cannabis médical étant interdit en France et les études sur le CBD étant encore nouvelles ou pour la plupart au stade pré-clinique, il est trop tôt pour avoir un recul suffisant sur les premiers résultats. Ces études vont être reprises par l’OMS qui pourra énoncer des recommandations et permettre tout processus de modification législative.

L’OMS

L’OMS a pour mission « de jouer un rôle moteur dans les dossiers mondiaux de la santé, de déterminer le programme de la recherche en matière de santé, de fixer des normes et d’énoncer des options stratégiques en se fondant sur des bases factuelles. » 

Cet organisme a sorti un rapport en fin d’année 2017 sur la question de la dangerosité de la molécule et en a conclut que « le CBD n’est pas dangereux, possède un important potentiel médical et ne met pas en danger la santé publique. »

Ce rapport est consultable sur ce lien (en anglais) :

http://www.who.int/medicines/access/controlled-substances/5.2_CBD.pdf

Il est très intéressant de constater que l’OMS se prononce sur certains types de maladies, énonçant que « le CBD a démontré qu’il était efficace pour le traitement de l’épilepsie dans plusieurs études cliniques ».  L’étude financée par le laboratoire GW Pharmaceuticals sur le traitement du syndrome de Dravet, une forme rare et incurable d’épilepsie chez les enfants a été très concluante : 

http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1611618?query=featured_home&

Conditions de test

Dans son rapport, l’OMS explique comment sont opérés les tests sur les humains :

En capsules ou dilué dans une huile (sésame/olive), les tests ont été réalisés avec des dosages allant de 100 à 800mg/jour.

La consommation de capsules ne donne pas un résultat aussi précis qu’en huiles puisque l’absorption du CBD dans le système digestif est plus difficile, le CBD ayant besoin d’un milieu riche en lipides pour être métabolisé.

Toxicologie

Au niveau de l’accoutumance, des tests réalisés sur des souris n’ont relevé aucune dépendance au CBD puisqu’aucune augmentation de la liberation de dopamine, propre à toutes les autres drogues n’est relevée.

Résultats

Élément important, c’est dans un premier temps dans les tissus que le CBD va être distribué : Les observations montrent que l’inhibition des glandes sébacées (qui produisent le sébum et donnent la peau grasse) due au cannabidiol ainsi que son effet anti-inflammatoire lui confèrent un potentiel prometteur en tant que traitement de l’acné.

Le CBD empêche la croissance de certaines cellules cancéreuses, mais n’a aucun effet sur les cellules saines et n’a pas non plus d’effets sur la croissance embryonnaire.

A l’heure actuelle, les tests les plus aboutis se portent sur l’épilepsie, un médicament conçu à partir de CBD pur est en cours d’étude, l’Epidiolex.

Il est évident que le CBD pourrait être utile pour le traitement d’un grand nombre de maladies, cependant les recherches ne sont pas encore aussi avancées que pour l’épilepsie. Pour la plupart de ces maladies, seuls des recherches pré cliniques sont amenées, il pourrait être également interessant dans le traitement de l’addiction à certaines drogues et des résultats pré-cliniques démontrent de ses propriétés thérapeutiques contre la dépendance aux opiacés, à la cocaïne ou aux psycho-stimulants.

Une étude parue dans  Pisanti, S., et al., Cannabidiol: State of the art and new challenges for therapeutic applications. Pharmacol Ther, 2017. 175 a relevé les effets thérapeutiques du CBD pour les maladies suivantes :

  • Maladie d’Alzheimer
  • Maladie de Parkinson
  • Sclérose en Plaques
  • Maladie d’Huntington
  • Maladie de Crohn
  • Cancers
  • Rhumatismes, arthrites…
  • Diabète
  • Nausées, psychoses, dépression, anxiété

Médicaments contenant du CBD

Au niveau des autorisations de médicaments mis sur le marché en France, seul le Sativex présent également dans 71 pays est disponible. Il contient cependant du THC et du CBD à dose égale.

Aucun médicament ne contenant du pur CBD n’est actuellement en vente, cependant des laboratoires comme GW Pharmaceuticals (qui produit le Staivex) travaillent sur l’Epidiolex, un médicament à base de CBD naturel, utilisable pour améliorer le tonus musculaire et diminuer l’intensité des crises d’épilepsie  ou encore le laboratoire Echo Pharmaceuticals qui met au point un comprimé de pur CBD, l’Arvisol. Ces deux medicaments sont encore en essais cliniques.

Il est donc aisé de constater que le CBD détient un potentiel médical prometteur, et propose une sécurité d’utilisation lié à l’ajustement de son dosage.

En effet, il peut être consommé de 5mg à 1g par jour sans aucun risque d’effet secondaires graves, contrairement aux médicaments conventionnels ayant une portée posologique plus faible et des risques bien plus élevés en cas de surdosage.

Le CBD possède un large spectre d’actions comme en témoignent les rapports de l’OMS et les diverses études pré-cliniques. Sa facilité d’emploi permet de l’utiliser aussi bien dans des produits cosmétiques, de l’alimentaire, et bien entendu dans les produits de santé.

Les discussions sur sa forme juridique vont se poursuivre dans les mois à venir, posant la question de sa réglementation. Les extraits ou préparations contenant presque exclusivement du CBD feront l’objet d’un examen plus approfondi en Juin 2018.

Méfions nous donc de la connotation négative du Cannabis qui n’est rien d’autre qu’un faux prétexte, sa sécurité d’emploi et les bénéfices relevés doivent peser d’avantages que des considérations hasardeuses et conservatrices…

🐻